Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin

by Joan Francés Tisnèr

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Lo cd e lo filme.
    Le cd et le filme.
    The cd and the movie.

    Includes unlimited streaming of Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €15 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Parce qu'il nous importe de considérer le parcours et d'en mesurer les côtoiements, nous remercions chaleureusement pour les diverses créations du spectacle :
    • les éditeurs intellectuels de l’œuvre de Felix Arnaudin que sont Jacques Boisgontier, Guy Latry, Lothaire Mabru, Joël Miro, Jean-Yves Boutet, Jean-Bernard Marquette, François Lalanne et les éditions Confluences,
    • Catherine Vigneron commissaire de l'exposition Félix Arnaudin, le guetteur mélancolique du Musée d’Aquitaine, Vanessa Doutreleau et Marc Casteignau au Parc Naturel des Landes de Gascogne, les archives départementales de Mont-de-Marsan,
    • Patric Lavaud pour son précieux collectage de Fernand Monicien et la co-production de Tralhaires aux Nuit atypiquees,
    • Caroline Dufau et los Chancaires pour les prises de vue acrobatiques sur échasses et la programmation au Primtemps de l’Arribèra,
    • Alan Rouch pour la recette d'Apicius "Apicii moretaria" dans La Mèu,
    • Crestiana Mosquès pour la voix sur Passion de la sorcièra, la tante du beau-frère de Jakes,
    • Yvon, Miquèu Berdot, Serge Guinle, Lionel Dubertrand e los Seuvetons pour la danse,
    • Mailis Bonnecaze et le COMDT, Xavier Vidal e los estudiants de l’ISDAT à Toulouse pour la proposition autour du centre de documentation,
    • Miquèu Montanaro qui nous a fait confiance et donné sa voix témoignage sur la pièce Lo huec,
    • Jean Marotta et Anne Latz des Joutes de Correns, Article 9 e Alinea 4,
    • Romain Chéré pour le travail avec l’Orchestre à l’Ecole de Courlay, Stéphanie Pineau-Coulon à la Communauté des Communes du bocage bressuirais, le CFMI Poitiers et l’UPCP Métive pour la programmation.
    • aux artistes-techniciens Amic Bedel et Lila Fraisse (Piget prod.), Olivier Petit-Dangeon, Jean-Jacques Bayle.
    Merci encore aux traducteurs de Tralhaires en voyage en Euskadi et Catalunya : Koldo Amestoy, Carles Mas, Elena de la Cruz Vergari, Gilabèrt Narioò, Joan Codina e Isabel de la Fuente.
    Bien entendu notre gratitude va aussi aux financeurs publics : Drac Aquitaine, Département des Pyrénées-Atlantiques, Département des Landes, Nouvelle Aquitaine, Ville de Pau et l’aide matérielle de la Ville de Salies-de-Béarn.
    Merci à toutes et tous qui de proche ou de loin ont veillé sur Tralhaires.
    Merci aux financeurs sur Zeste (par ordre d’apparition et dont quelques uns plusieurs fois. Vous êtes précieux et étonnants et nous très chanceux) : Anne Lise Herbel, Joan Jaques Casteret, Michel Dufau, Pierre Camet Lassalle, Joan Jacme Habarés, Benedicte Capiaux e Gilbert Stenier, Nicolas Godin, Francoise Loudet, Colette Milhé, François Lassabe, Philippe Marsac, Alain Abadie, Sandrina Claverie, Joan Breç Brana, Brigitte Bouncer, Delfina Lafon, Bernard Traimond, Kitty de Bruin, MarieNoel Bordenave, Georges Souche, Karine Bordenave, Claude & Roger Bethlòc, Prune Bécheau, Caro Dufau, Marie Dominique Nardi, Vero Perez, Laurent Gosset, Emmanuelle Lefeuvre, Joan Miquèu Espinasse, Jean Pierre Cazade, Sèrgi Javaloyès, Philippe Espinasse, Vincent Ozanam, Sophie Depaul, Michele Tron, ValEric Mathieu, Karine Tavolaro Dalmasso, Thomas Baudoin, Romain Baudoin, Marie Hulsens, Suzanne Lurdos, Frédéric Figeac, Marie-Odile Dumeaux, Guy Latry, Joan-Pèir Miner, Jacques Denjean, Bernadette Rigal, Pierrette Bordenave, Jean-Luc Landi, Maitéja Etchecopar-Sarrabère, Gilbert et Dany Lagourgue, Jean-Louis Pedeuboy, Emilie Roemer, Monique et Didier Larradet-Doucine, Martin lassouque, Marie-Michèle Tisné, Fabienne Gessler, Bernard Cotta, Christyna Marcel, Mirelha Lepoëtre, Laurent Labadie, Henri Marliangeas, Alan Roch, Joan Francés Tisnèr, Alain Cadeillan, Martine Conte, Caroline Saint-Amans, Melanie Laupies, Benoît Larradet, Patrice Gentie, Corine Arresseguet, Odile Isern, Christine Maillard, Matiu Dufau, Jordan Tisnèr, Sonia Onckelinx, Clément Baudry, Albert Bonnecaze, Martine Teyssier, Anne Marie Hautant, Coline Hateau, Jacky Poustis e Christian Josué, Philippe Biu, Isabelle Miremont, Gérard Vaillant, Christophe Célérier, Lop Fricker, Joan Pèir e Françoise Darrigrand, Juliette Barillot, Jean Marotta, Stéphane Maffrand, Marion Manciet de Nervo, Philippe Carrouché, Michel Esquerré, Lionel Dubertrand, Joan Marc Sutto, Christine Andrien, Josette Dufau, Danièle Lalanne-Couchot, Jeanne Sanchez, Jean-Paul Dufau, Cathy Soublèsbenavente, Isabelle Bouillon, Nathalie Paroix, Joël Trianon, Valrie Hou, Joan Pèir Pouquet, Geneviève Clément, Adrien Fossaert, Vincent Hoareau, Frederic Handy, Jean Soust, Martine Pétriat, Pascal Caumont, Domenja Lekuona, Christophe Finestre, Jacques Baudoin, Marie Caubet et quelques anonymes.
    Nous en sommes à 104 % du financement participatif !
    Pr’amor que ns’ei important d’espiar lo percors e de pagerar los costejaments, que mercejam calorosament per las creacions de l’espectacle :
    • los editors intellectuaus de l’òbra de Feliç Arnaudin, Jacques Boisgontier, Guy Latry, Lothaire Mabru, Joël Miro, Jean-Yves Boutet, Jean-Bernard Marquette, François Lalanne e las edicions Confluences,
    • Catherine Vigneron commissària de la mustra Félix Arnaudin, le guetteur mélancolique e lo Musée d’Aquitaine, Vanessa Doutreleau e Marc Casteignau au Parc Naturel des Landes de Gascogne, los archius deu Mont,
    • Patric Lavaud per la preciosa entervista de Fernand Monicien e la co-production de Tralhaires dens las Nueits atipicas,
    • Caroline Dufau e los Chancaires per las presas de vista acrobaticas sus chancas e la programacion au Primtemps de l’Arribèra,
    • Crestiana Mosquès per la votz sus Passion de la sorcièra, la tanta deu bèth hrair de Jakes, Yvon, Miquèu Berdot, Serge Guinle, Lionel Dubertrand e los Seuvetons,
    • Alan Rouch per la recèpta d'Apicius "Apicii moretaria" dens La Mèu,
    • Mailis Bonnecaze e lo Conservatòri occitan, Xavier Vidal e los estudiants de l’ISDAT a Tolosa per la proposicion a l'entorn deu centre de documentacion,
    • Miquèu Montanaro qui ns’acordè la soa hidança e qui nse dè la soa votz-testimònia sus la pèça Lo huec ,
    • Jean Marotta e Anne Latz a las Targas de Correns, Article 9 e Alinea 4,
    • Romain Chéré peu tribalh dab l’Orchestre à l’Ecole de Courlay, Stéphanie Pineau-Coulon a la Communauté des Communes du bocage bressuirais, lo CFMI Poitiers e l’UPCP Metive per la programacion.
    • aus artistas-tecnicians Amic Bedel e Lila Fraisse (Piget prod.), Olivier Petit-Dangeon, Jean-Jacques Bayle.
    Mercés tanben aus traductors de Tralhaires quan se passeja per Euskadi e Catalunya : Koldo Amestoy, Carles Mas, Elena de la Cruz Vergari, Gilabèrt Narioò, Joan Codina e Isabel de la Fuente.
    Solide la nosta gratituda que va tanben aus finançaires publics : Drac Aquitaine, Département des Pyrénées-Atlantiques, Département des Landes, Nouvelle Aquitaine, Ville de Pau e l’ajuda materiau de la Ville de Salias.
    Mercés a tots e totas las qui de pròche o de luenh an velhat sus Tralhaires.
    Mercés aus finançaires sus Zeste (per ordi d’aparicion e quauques uns mantuns còps. Qu'ètz preciós e estonants e qu'èm astrucs) : Anne Lise Herbel, Joan Jaques Casteret, Michel Dufau, Pierre Camet Lassalle, Joan Jacme Habarés, Benedicte Capiaux e Gilbert Stenier, Nicolas Godin, Francoise Loudet, Colette Milhé, François Lassabe, Philippe Marsac, Alain Abadie, Sandrina Claverie, Joan Breç Brana, Brigitte Bouncer, Delfina Lafon, Bernard Traimond, Kitty de Bruin, MarieNoel Bordenave, Georges Souche, Karine Bordenave, Claude & Roger Bethlòc, Prune Bécheau, Caro Dufau, Marie Dominique Nardi, Vero Perez, Laurent Gosset, Emmanuelle Lefeuvre, Joan Miquèu Espinasse, Jean Pierre Cazade, Sèrgi Javaloyès, Philippe Espinasse, Vincent Ozanam, Sophie Depaul, Michele Tron, ValEric Mathieu, Karine Tavolaro Dalmasso, Thomas Baudoin, Romain Baudoin, Marie Hulsens, Suzanne Lurdos, Frédéric Figeac, Marie-Odile Dumeaux, Guy Latry, Joan-Pèir Miner, Jacques Denjean, Bernadette Rigal, Pierrette Bordenave, Jean-Luc Landi, Maitéja Etchecopar-Sarrabère, Gilbert et Dany Lagourgue, Jean-Louis Pedeuboy, Emilie Roemer, Monique et Didier Larradet-Doucine, Martin lassouque, Marie-Michèle Tisné, Fabienne Gessler, Bernard Cotta, Christyna Marcel, Mirelha Lepoëtre, Laurent Labadie, Henri Marliangeas, Alan Roch, Joan Francés Tisnèr, Alain Cadeillan, Martine Conte, Caroline Saint-Amans, Melanie Laupies, Benoît Larradet, Patrice Gentie, Corine Arresseguet, Odile Isern, Christine Maillard, Matiu Dufau, Jordan Tisnèr, Sonia Onckelinx, Clément Baudry, Albert Bonnecaze, Martine Teyssier, Anne Marie Hautant, Coline Hateau, Jacky Poustis e Christian Josué, Philippe Biu, Isabelle Miremont, Gérard Vaillant, Christophe Célérier, Lop Fricker, Joan Pèir e Françoise Darrigrand, Juliette Barillot, Jean Marotta, Stéphane Maffrand, Marion Manciet de Nervo, Philippe Carrouché, Michel Esquerré, Lionel Dubertrand, Joan Marc Sutto, Christine Andrien, Josette Dufau, Danièle Lalanne-Couchot, Jeanne Sanchez, Jean-Paul Dufau, Cathy Soublèsbenavente, Isabelle Bouillon, Nathalie Paroix, Joël Trianon, Valrie Hou, Joan Pèir Pouquet, Geneviève Clément, Adrien Fossaert, Vincent Hoareau, Frederic Handy, Jean Soust, Martine Pétriat, Pascal Caumont, Domenja Lekuona, Christophe Finestre, Jacques Baudoin, Marie Caubet e quauques anonims...
    Que n'èm au 104 % de l'objectiu mercés peus vòstes encoratjaments e supòrts.
    ... more
    Purchasable with gift card

      €10 EUR  or more

     

  • USB Flash Drive + Digital Album

    Lo cd e lo filme. Qu'ei un sol e unic objècte. En crompar lo filme que crompatz lo disc.
    Le cd et le filme. C'est un seul et unique objet. En achetant le film vous achetez le disque.
    The cd and the movie. It's one piece. By buying the movie you buy the music as well.

    L'espectacle filmat, que receberatz lo ligam sus la vòsta messatgeria per descargar lo filme (9 Go, prevedetz temps suvan la conneccion internet).
    Le spectacle filmé, vous en recevrez un lien pour télécharger ce film sur votre messagerie (9 Go, prévoyez du temps selon votre connection internet).

    Includes unlimited streaming of Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €15 EUR or more 

     

  • Poster/Print + Digital Album

    l'aficha - l'affiche - poster

    Includes unlimited streaming of Panoramics via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €5 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 20 Joan Francés Tisnèr releases available on Bandcamp and save 25%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Winter surge, EBTè!, Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin, Transpòrts Tisnèr S.A., Sorrom Borrom (darrèrs exemplars !), Jòcs De Dança, Subèr Albèrt Biarnés Cap e Tot, Viatge en lenga, and 12 more. , and , .

    Purchasable with gift card

      €128.25 EUR or more (25% OFF)

     

1.
Panoramics Nos n’èram vint o trenta checun de nòs pèis partem pr’anar ‘Sent Jaques per ganhar paradís Quan arribèrem au pont dont trembla lo maishant temps s’i a vist aquí tant de pluja e grèla ne’s quitèt har morir Se dishorem los uns aus autes n’i a un deus demnats aciu enfanton de l’Alueta tu qu’ès de rèsta aciu. [Nous étions vingt ou trente chacun de notre pays nous partons pour Saint Jacques pour gagner le paradis Quand nous arrivâmes au pont qui tremble nous avons eu mauvais temps tellement de pluie et de grêle que nous avons cru mourir Nous nous dîmes les uns aux autres il doit y avoir un damné ici enfanton d l’Aluete tu es de trop ici.] La lagüa deu paisan Quantes còps b'èi passat longas òras au pè d'ua lagüa isolada, au bèth miei de la lana immensa, devath d'un cèu gris ! Zeru grisa lekuko, itsas zabalaren erdian, irla bakarti bat dagoela… irudikatzen dut… Qu’escrivèvi… En lhevar lo cap que’m pren aqueth verdigòu de las planas immensas, au sortir d'un saunei shens fin… ; Itsasoaren neurrigabetasuna… Zeruaren mugagabetasuna… Bien arteko topamarrari begira… zorabiaturik nago… Amets luze batetik ateratu ezinez… L’espiar que’s lhèva sus l'uniformitat de la lana e deus bòrds vueits ; Long moment d’estrangetat… : puish tornan familhèrs los parques riales, qui son los sols accidents de l'immense orizont vueit. Azkenean, begiak erakartzen nau nire baitara, odeiertzean ttitta beltz ttipi bat hauteman orduko,… hantxe ! [La lagune du Paysan Que de fois, les après-midi des dimanches, j'ai passé, comme aujourd'hui, de longues heures au pied d'une lagune mélancolique, isolée au beau milieu de l'immense lande, sous le ciel gris ! J'écrivais au pied de la lagune. En relevant la tête j'ai eu quelques instants ce vertige, particulier à nos immenses plaines, au sortir d'une rêverie sans fin qui avait absorbé ma pensée ; mon regard, longtemps baissé vers la terre, se relève et, de primesaut dérouté par l'uniformité de la lande et de ses bords vides, se trouve en proie à un étonnement plein d'étrangeté qui dure souvent plus qu'on ne voudrait le croire : souvent un long moment se passe avant que l'oeil s'oriente et replace dans leur arrangement familier les rares parcs qui sont les seuls accidents de l'immense horizon vide.] --------- Quan jo n’èri petita petita Marion M’i hasèn guardar aulhas los petits anherons Peishetz, peishetz aulhetas peishetz tot doçament. [Quand j’étais petite petite Marion On me faisait garder les brebis et les agnelets broutez, broutez petite brebis broutez tranquillement.] La Brusa Immense cèu de la solitud, tot emporprat de las tintas ardentas au só lhevant  Itsasoa zabalik ondoan daukala, zeruko bobeda gorritzen da… goizeko eguzkiak bere herabetasuna argitzen baitio ! … los pins grans de La Brusa que's dreçan aquiu sus ua hornèra giganta. Qu'ei desgarnit lo cèu ; sonque ua banda estreta e longa d'un roi ardent e clar sus aqueste immense ocean Laster, zeru gainetik luzatzen dira odei margotu beroak eta itsas gainean, suzko mihi bilakatzen… Suu cap un immense hialat d'estrias en·hlamadas. Sus la lana los miralhs lusents de las hlacas, tròçes de cèu caduts sus la brana. … Bòrdas mudas, bluas montanhas luenhècas, a truvèrs los pins de La Brusa, auba rojosa, acerà tot au hons deu camin. Zeruko su eta eguzkiaren izpi, itsasoaren mila izpiluek eramanik doaz, urrutiko odeiertza argitzeraino. [La Bruze Sur cette sorte d'enceinte se déploie en voûte immense le ciel de la solitude, tout empourpré des teintes ardentes qui préludent au lever du soleil … … les grands pins de La Bruze se dressent là, sombre et haute claire-voie sur une fournaise gigantesque. Au fond, là-bas sur le ruisseau des Cròts * et plus loin sur le quartier de Capvath *, le ciel est dégarni ; seule une étroite et longue bande d'un rouge ardent et clair le traverse et tranche sur cet immense océan diaphane et pur comme un ruban de pourpre lumineux sur une robe de vierge... Plus près de nous, sur nos têtes, c'est un immense réseau de stries enflammées qui donnent à l'immense voûte une étrange sensation de profondeur. Sur la lande s'espacent les miroirs luisants des flaques... ...des morceaux de ciel tombés sur la bruyère. … bòrdas * muettes... montagnes lointaines, dont la chaîne entière bleuit, en masse lourde, à travers les pins de La Bruze... chênes de Capvath *... cimes qu'on distingue à peine dans le demi-jour de l'aube rougissante, là-bas tout au fond du chemin...] * Cròts : creux * Capvath : nord * Bòrda : grange ---------- Aquesta prada l’am dalhada en nau ans ne n’i balherà pas tant qu’aquesta erbeta ne vadi lo mon pair que m’i vòu maridar e lo mon pair que m’i vòu donar. [Nous avons fauché ce pré de neuf ans il ne donnera plus le temps que repousse cette herbe mon père veut me marier et mon père veut me donner.]
2.
L’aute jorn en m’i promenant m’i promenant lo long de l’aiga Tròbi pas barca ni batèu ni marinièr per passar l’aiga. [L’autre jour en me promenant me promenant au bord de l’eau Je n’ai pas trouvé de barque ni de bateau pour traverser la rivière.] **************************** Trajècte 1 : Livre de chasse / libe de caça, noms 28 décembre 76
 parti Bios. Crot de Betout ; _ Mouleyre ; Parcs ; _ Lagune du Saous-Senguine ; _ Couyala ; _ Buttes : _ Bios. _ L’Aygue-Longue. 29 décembre 76
 Retour 11 heures. Pioou-Blanc, camin du Bégué ... novembre 1884
 jonction des chemins : Porteteni au Moulin, Gaillard au Monge... à la Pelouse... à Bombarda, au parc d’Ipoustéguy, parc de Larrivière... au Mariné a Lüe...
3.
Au prat de Laròca I atz ua hont d’argent lalireta I a nau palometas s’i banhan dehens Tant s’i son banhadas l a nèit las i pren N’an pres la volada se’n van doçament N’an pres l’apausada suu casteth d’Orens Los cabirons son d’òre las latas d’argent. [Dans le pré de Laroque il y a une fontaine d’argent Neuf petites palombes s’y baignent dedans Elles se sont tant baignées que la nuit est tombée Elles se sont envolées et s’en vont doucement Elles se sont posées sur le château d’Orens Les chevrons y sont d’or et les lates d’argent.] ************************* La hont d’Òre A Pontens, pròche deu borg, qu'i a ua hont, qu'i hèn la hont d’òre, pr'amor qu'i a un tesaur tapoat aquí. [A Pontenx, à côté du bourg, il y a une fontaine qu'on dit la fontaine d'Or, parce qu'il y a un trésor enfoui dedans.] Que disen qu'i a fòrt longtemps de’cò, quan i' auè la guèrra au país, un òmi qu'èra vinut ací dab ua casseta plenha d’òre. E aqueth estrangèr que s’èra anegat, qu'auè despareishut hens la hont dab la son casseta. Ne tornèran pas jamei véder arren, ni lo còs ni la casseta. [On dit qu'il y a bien longtemps, du temps de la guerre dans ce pays, un homme était arrivé ici avec une cassette plaine d'or). E cet étranger s'était noyé, il avait disparu dans la fontaine avec sa cassette. On ne revît jamais rien, ni le corps, ni la cassette.] Après, unh’aut estrangèr qu'èra vinut ací. Que sabè, probabla, qu’i auè un tesaur. Que cerquèt e qu'arrecerquèt a l’entorn de la hont d’òre, mès ne trobèt p'arren. E aqueth tanben, com l’aut, que despareishot hens la hont. [Après un autre étranger était arrivé ici. Il savait probablement qu'il y avait un trésor. Il chercha et charcha encore autour de la fontaibne d'or, mais ne trouva rien. Et celui-là aussi comme l'autre disparût dans la fontaine.] Que disen lo tesaur qu'i es totjamei. [On dit que le trésor y est toujours.]
4.
La mèu 04:32 video
La mèu Miquèu qu'a nau topins de mèu E nau aumonts d'estopa. La hemna l'a minjat lo mèu, L'a pas hilat l'estopa. Haut, Miquèu, revelha, revelha, Haut, Miquèu, revelha-te lèu. [Le miel Michel a neuf pots de miel et neuf paquets d’étoupe sa femme lui a mangé son miel et ne lui a pas filé l’étoupe allons, Michel, réveille, réveille allons, Michel, réveille-toi vite.] ------- [essaim] La neit de Sent Marçau, 
L’abelha que pren son ben o son mau [La nuit de St Martial 
l’abeille prend son bien, son mal] Ishami deu mes d’abriu 
Se minja pair e mair tot viu [Essaim du mois d’avril
mange père et mère tout crus] Eshami deu mes de mai Que tua pair e mair [Essaim du mois de mai
tue père et mère] DOMO SUA TRANSEO,
SIBILATIM, PROPE DOMUM : EXIT.
« VENI AD FONTEM ». VENIT.
QUERENS LOCUM UBI CELARE MALA.
INTER CAMPUM RIBUM QUE IENS AD TALHEDÍS COM DUABUS FILIABUS. [Il s’approche de sa maison,
il siffle proche de sa maison : elle sort.
« Je vais la fontaine ». Elle y va. Il lui demande de se cacher Entre deux rives de champ, Dans les taillis comme deux filles.
version très approximative, lorsque Félix Arnaudin exprime des choses qu’il ne veut pas qu’on sache, choses relatives au sexe en général, il les note en latin « de cuisine »)] UTCUMQUE, APICII MORETARIA CONSTANT EX MENTA, RUTA, CORIANDRO, FENICULO, OMNIBUS VIRIDIBUS, DEIN LIGUSTICI SEMINE, PIPERE, MELLE, LIQUAMINE, ET (SI OPUS FUERIT) ACETO. 
(Mercés a Alan Rouch per la recèpta d’Apicius). [Cependant, la recette de la moretaria d’Apicius se réalise avec de la menthe, rue, coriandre, fenouil, tous vert, puis les graines de livèche, de poivre, de miel, la sauce, et (si besoin) du vinaigre. 
(Merci à Alan Rouch pour la recette d’Apicius)].
5.
Arraditz 04:25 video
Arraditz Lo cèu immense de totas parts andadas blancas en-hladas... Ua mar perduda shens fin plumalhetas argentadas... Lo vent possa a plasers las nublas de cada bòrd vueit de la lana... [Racines[ Le ciel immense de tous côtés vagues blanches enflées une mer perdue sans fin reflets argentés Le vent dérange lentement les nuages à chaque bord vide de la lande.] Vielh com los cassos (arreproèr) Branquetas de bruma L’imatjaire… que hasí imatges Colleccion de tot…, tipes, costumes, abitacions, vistas, ..., qui's mudan ací mei viste que'n nat aute lòc. [Vieux comme les chênes (proverbe) Petites branche de brume L’imageur… que faisais des images Collection de tout…, types, costumes, habitations, vues, ..., qui se transforment ici plus vite que partout ailleurs]
6.
Tribalh 04:22 video
Tribalh A Mostèirs i a un molinèir n’a ua tant jolie filha gue lanlira n’a ua tant jolie filha gue lanlà [Travail A Moustey il y a un meunier qui a une très jolie fille gué lanlire qui a une très jolie fille gué lanla E ronlalà landerideta e ronlanlà landeridà Destingon e lamiralurèna salemigamigaudon e lamiralurà Lo topin e l’escaudèla lo topin e la culhèra Le pot et l’écuelle le pot et la cuillère Sus la Lana deu Lidèu Riuchiuchiu ! capvath lo cèu Qu’èi las aulhas se me’n van preu camin de Mons Sent Jan. Ticatica las esquiras, e la truca per davant. Mons Sent Jan me las arrevira dab la coda deu gran can. Lo can s’i pren son cotèth, se’n va har un calumet e se’n va calumerar sus la còsta de la mar. Per’quí s’i tròba a passar un gran gart de buus e vacas e lo rei dab la soa lata, rica, raca, rica, raca. [Sur la Lande du Lidèu Rioutchiouchiou à travèrs le ciel J’ai les moutons qui m’échappent par le chemin de Monsieur Saint Jean. Tique Tique les clochettes et la cloche au devant. Monsieur Saint Jean me les fait repartir avec la queue de son grand chien. Le chien prend son couteau, pour se fabriquer un chalumeau et s’en va jouer du chalumeau sur la côte de la mer. Et là vient à passer un grand char de bœeufs et de vaches et le roi avec son bâton, rique, raque, rique, raque.]
7.
Composicion Dans la chambre photographique : les deux grands bergers renversés à ma gauche. Découper assise au-dessus de l’horizon. Réduction de moitié de la bòrda * de Gilet. (Tout calculé sauf la place à occuper par la base par rapport à l’horizon). Deuxièmement une en sens inverse, le parc à gauche, les bergers à droite. Découper les deux gands bergers, mais seulement au-dessous de l'horizon inutile dessus, laisser tout autour groupe une grande marge et y passer du blanc. Observer place à occuper par brebis : pas sur bòrda ni bergers. Si je la (la bòrda) mets plein de face rapprocher les 4 bergers (à prendre) du bord gauche. Le parc presque de face. Ajouter une bòrda, un parc au loin + 1 groupe de pins plus loin, plus en haut, plus grands, plus haut. Si possible appuyer un berger sur le cornalèr *. * bòrda : grange * cornalèr : appentis qui est au coin de la grange A la cambra fotografica: els dos grans pastors capgirats a la meva esquerra.
Tallar la base a sobre de l’horitzó.
Reduir a la meitat el mas del Gilet (tot calculat, llevat del lloc que ha de ser ocupat per la base, respecte a l’horitzó).
En segon lloc, una, en sentit invers, el parc a l'esquerra, els pastors a mà dreta.
Tallar els dos grans pastors, però només a sota de l’horitzó, inútil al damunt.
Deixar al voltant del grup un ampli marge, i passar-hi blanc. 
Observar lloc per ser ocupat per ovelles, no sobre el mas o pastors.
Si poso la cleda de cara, portar els quatre pastors (de prendre) a la vora esquerra.
 La cleda gairebé de cara. 
Afegir un mas, una cleda al lluny + un grup de pis més lluny, 
 Més dalt,
Més grans,
Més damunt. Si és possible pitjar un pastor en l’angle.
 *************** Peishetz, peishetz aulhas peishetz dinc a doman [Paissez, paissez brebis paissez jusqu’à demain]
8.
La caça 04:05 video
La caça [la chasse] un carré de bruyère Lhevada* [Levée **] au retour de la chasse Mancada [Manquée] dans les grands pins Corruda [Courrue] le prendre Alebada [Blessée] 8 livres Tuada [Tuée] Sangluroous Mancada [Manquée] six livres Morta [Morte] * en occitan la lèbe qu'ei au feminin ** en occitan le lièvre est un féminin A nòste au bastar Nau lèbes que i a apèra Rapilha apèra Morilha apèra ton chien apèra le mien e ronlanlà toreloreta e ronlanlà torelorà [Chez nous dans les fourrés il y a neuf lièvres appelle Rapille, appelle Morille appelle ton chien appelle le mien et ronlanla toureloure e et ronlanla toureloura]
9.
Passion de la sorcièra [Résumés] Une fois j’ai dormi avec la sorcière. J’étais chez mon frère et on m’a fait dormir à côté d’une femme. Quelque chose est monté sur le lit et a essayé de m’étrangler. Et personne ne m’entendait ni la maisonnée, ni la femme à côté de moi. J’ai fini par me lever toute trempée de peur et les gens sont arrivés. Ils n’avaient rien entendu. Un còp que dromí dab la sorcièra. Qu’èri ençò deu hrair e que’m hasón dormir au ras d’ua hemna. Que pugè quauquarren suu lhèit qu’essagè de m’escanar. E arrés non m’entenèvan ni la maisoada, ni la hemna au ras de jo. Que fení per lhevà’m tota trempa de páur e qu’arribèn la gent. N’avèvan pas arren entenut. Un cop que vaig dormir amb la bruixa. Era a casa del germà i que’m ferón dormir ena arran d’una dona. Que vaig pujar alguna cosa sobre el llit que provava de m’escanyar. I ningú no m sentiva ni la casada, ni la dona ena arran de mi. Que vaig acabar per aixecà’m tota xopa de por i arribèn la gent. N’avèvan pas res sentit. ------------- La neit dab la sorcièra Jo qu'èi dromit un còp dab ua sorcièra, e que me'n sui bien vista. Qu'èri anada ché mon hrair, e qu'i auè ua hemna que s'aperèua Marineta, que disèn qu'èra sorcièra. Sèi pas com s'arrangèt de mòdas e de manièras, mes me hiren dromir damb era. I auè a pus près mieja òra qu'èram au leit, vau sentir quauquarren que sautèua suu leit, que me vinè aquí preus pès dinc au còth e que m'estupèua. A mon Diu, ce'm dichorí, que soi mòrta ! E l'auta Charmonic de garça que ronclèua... E me mèti a crits, e a crits, mes las gents de la maison, pensa, n'entinèn pas jamèi. Pus qu'entinori quauquarren, - rap ! - que sautèua deu leit. Enfin a fòrça deus cridar, la gent qu'arribèran : E qu'atz Maritchon, enfin ? E qu'atz ? Ò ! Ce dichorí jo, qu'i a quauquarren que m'es vinut dempus los pès dinc au còth, e qu'a mancat m'estupar. La hemna, portant, que se revelhèt : E ! Èi pa'ntinut arren, jo ! Ce ditz. Meu luuèri ; ma camisa qu'èra tota trempa com si l'auèn metuda hen l'aiga. Que diuorí me sanja. Que vos asseguri que ne volorí pas mei dromir dehens aquera crampa. [La nuit avec la sorcière Une fois, moi j’ai dormi avec la sorcière, et je m’en suis bien vue. J’étais allée chez mon frère et il y avait une femme qui s’appelait Marinette, on disait d’elle qu’elle était sorcière. Je ne sais comment cela se fit mais ils me firent dormir avec elle. Il y avait à peu près demi heure que nous étions au lit que je sens quelque chose qui saute sur le lit, qui me monte des pieds jusqu’au cou et qui m'étrangle. A mon Dieu, me dis-je, je suis morte ! Et l’autre jeteuse de sorts de garce, elle ronflait... Et je me mets à crier, à crier, mais les gens de la maison, penses-tu, n’entendaient jamais. Puis j’entendis quelque chose, - rap ! - qui sautait du lit. Enfin à force d’appeler, les gens arrivèrent : Et qu’avez-vous Maritchoun, enfin ? Et qu’avez-vous ? Oh ! dis-je, il y a a quelque chose qui m’est venu des pieds jusqu’au cou, et qui a manqué m'étouffer. La femme, se réveilla pourtant : Et ! Je n’ai rien entendu moi ! Dit-elle. Je me levai ; ma chemise était toute trempe comme si on l’avait mise dans l’eau. Je dus me changer. Je vous assure que je ne voulus plus dormir dans cette chambre.] ***** I’a la passion de Jèse-Crit be n’ès bèra e dolenta, Jèsus ! Vos que querd’ratz que sia un pijon be’n s’rà la mia prauba amna Jèsus ! [La passion de Jésus-Christ comme elle est belle et dolente Jésus ! Vous croirez que se serà un pigeon ce serà ma pauvre âme Jésus !]
10.
Trajècte 2 … Bacon… Bacon 29 février 84 Giscos. _ Partis 1 H. _… Vignottes. _ Escourre de Lapaloque. _ Sangluroous. _ Bruze. _ … Grand Crot de Betout. _ Joncs de la Mouleyre. _ … borde Jean-Haou… _ Parc de la Source, parc de l’Oustalet. _ … Lagune du Saous-Senguine. _ Borde Brouste. _ …Pouchiou. _ Bas de Pouchiou. _ Bios. _ Giscos. _ …vers le Pradéou. _ … Pradélou. _ Oustalet du Plaisy… _ Baqueserre… _ … bourg de Commensacq. _ … au Pargot …(…) parc de Pouchiou (… retours de Sabres). _ Parc du Petchiou, camin deus Sangluroous. 2 décembre _ Lana deus Set Pins ***** L’aute jorn en m’i promenant m’i promenant lo long de l’aiga Tròbi pas barca ni batèu ni marinièr per passar l’aiga [’autre jour en me promenant me promenant au bord de l’eau Je n’ai pas trouvé de barque ni de bateau pour traverser la rivière]
11.
Immensitat Vita quasi sauvatja Landés enlobatat Infinida poesia Brana deus temps avalits Poesia estranja Largas espandidas libras,... enfrebadas de solitud, d’espaci Desèrt magnific Esplanduda Encantament Caras tristessas Esplendors Perpetuau esglasiada deu vueit Instinctes deu mainadèr Magica poesia Desèrt deu cèu ... L’imatjaire que hasí imatges Qui's mudan ací mei viste que'n nat aute lòc Immensité Vie presque sauvage Landais envoûté Poésie infinie Bruyère des temps effacés Poésie étrange Larges étendues libres,... enfiévrées de solitude, d’espace Désert magnifique Horizon mêlé Enchantement Chères tristesses Splendeurs Perpertuel effroi du vide Instincts de l’enfance Poésie magique Désert du ciel ... L’imageur je faisais des images qui se transforment ici plus vite que nulle part ailleurs ***** L’espiar perdut, que parli a plaser. raconte grèu dens la patz de la lana, lent, lent so coc suu desèrt gris lo lugran pareish deu sòu ueu bèth sus la brana roja escura lutz bèra huec deu bòrd deu cèu a pausas... crit solet...grua perduda la mi'ombra aloncada sola suu desèrt immobile de la lana crit solet...grua perduda la mi'ombra aloncada sola suu desèrt immobile dens l'immensitat camins de la lana, camins ras e lis camins solitaris, camins etèrnes arren mei que lo cèu vuèit immense immensa tavalha rasa apriga bruma baisha blua esbrigalhadas nublas immense hialat immense mau estar ... mar de lutz jauna qu'entri dens l'immensitat de la lana [Le regard perdu, je parle lentement récit grave dans la paix de la lande, lent, lent coucher de soleil sur le désert gris l’astre émerge de la terre gros œuf posé sur la bruyère grande lumière rouge sombre bord du ciel en feu parfois... un crit solitaire... une grue perdue mon ombre allongée seule sur le désert immobile de la lande un crit solitaire... une grue perdue mon ombre allongée seule sur le désert immobile de l’immensité chemins de la lande chemins ras et lisses chemins solitaires chemins éternels rien d’autre que le ciel vide immense immense nappe rase nappe de brouillard bleue nuages emmiettés immense maillage immense mal-être... mer de lumière jaune je pénètre dans l’immensité de la lande]
12.
Lo huec 03:16
13.
Portrèits La fenianta A Luc Long i a un marchandòt e que s’i marida lireta s’i marida pas dab jo mes dab la vesina lireta la va pas véder lo jorn sonque dab l’aubeta Mariana de Mariolan d’Escorça que’m contè aquò. Qu’i auè 'n cop ua fenianta Se podè pas lecar ! Ua b’ròja dòna totun Un gojat se n’agradèt Lo pair deu gojat que vien har la domanda Adihatz dauna de la mèison lo topin la culhèra e lo caut’ron on ès la vòsta hilha lo topin e la gran’ grilha ? Lo pair de la gojata « Fenianta » Lo pair deu gojat « Valenta » Lo maridatge que’s hè un samedi on a saturday Adihatz dauna de la mèison lo topin la culhèra e lo caut’ron on ès la vòsta hilha lo topin e la gran’ grilha ? Oh! papa, pòrta-te un heish de bòi. A nòste minjam pas se tribalham pas. Adishatz, brava gent Adishatz, vous ici ! Mais que diable faites-vous avec cette charge de bois ? La mia dòna m'a dit qu'ací minjèvan pas se tribalhavan pas ! « fenianta » « valenta » Ací i a pas feniants, n'i a pas qu'a los préner per la bòca A Luc Long i a un marchandòt e que s’i marida lireta s’i marida pas dab jo mes dab la vesina lireta la va pas véder lo jorn sonque dab l’aubeta E jo que botèri lo pè su 'u' borsa, E me’n tornèri entà ´scorça. [Portraits La fainéante A Lugglon il y a un petit marchand qui se marie lirette il ne se marie pas avec moi mais avec ma voisine il ne va pas la voir le jour, seulement à l’aube A Luc Long i a un marchandòt Mariana de Mariolan d’Escource me conta ceci. Il était une fois une fainéante Elle ne pouvait pas se lécher ! Une jolie femme quand même Un jeune homme s’en éprit Le père du jeune homme vient faire la demande Bonjour maîtresse de maison le pot, la cuillère et le chaudron ou est votre fille le pot et la grande grille ? Le père de la jeune fille « Fainéante » Le père du jeune homme « Vaillante »  Le mariage se passe un samedi on a saturday Bonjour maîtresse de maison le pot, la cuillère et le chaudron ou est votre fille le pot et la grande grille ? Oh! papa, porte-toi un fagot de bois. Chez nous on ne mange pas, si on ne travaille pas.. Bonjour braves gens! Adishatz, vous ici ! Mais que diable faites-vous avec cette charge de bois ? Ma fille m'a dit qu’ici on ne mangeait pas si on ne travaillait pas ! « Vaillante » « Fainéante » Ici il n’y a pas de fainéants, il suffit de les prendre par la bouche A Lugglon il y a un petit marchand qui se marie lirette il ne se marie pas avec moi mais avec ma voisine il ne va pas la voir le jour, seulement à l’aube Et moi je mis le pied sur une bourse, Et je m’en retournai à ´scource.] --------------------- Los dançaires [résumés] Un jour des danseurs commandent un bal à un violoniste. 
Le dimanche le bal s’ouvre. Le curé passe porter le Bon Dieu à un mourant. Les danseurs défendent au musicien commandé et payé d’arrêter la musique à cause de cette mort. 
Le violoniste continue à jouer avec un genou à terre. Il termine le bal qui dure et dure tant que les jeunes veulent danser. 
Au matin les jeunes danseurs qui n’avaient pas salué et que leurs parents cherchent partout ont leur peau brûlée et resteront ainsi jusqu’à leur propre mort. Un dia dançaires que comandan un bal a un violonaire. Lo dimenge que s'òrb lo bal. Lo curè que passa portar lo bon diu a un qui's moreish. Que defenen lo musician - comandat e pagat - de s'arrestar de jogar pr'amor d'aquesta mort los dançaires. Que persegueish de tocar lo violonaire dab un jolh en tèrra. Qu'acaba lo bal qui dura tant que vòlen dançar los joens. Au matin los joens dançaires qui n’avèn pas saluent qui los pairs e cèrcan pertot que son vienuts peth cremada e que demoraràn atau dinc a la mort. Un dia uns balladors demanen un ball a un violinista. El diumenge s’obre el ball. El capellà passa a donar l’Extrema Unció a un moribund. Els balladors prohibeixen al músic — manat i pagat — d’aturar la música per raó d'aquesta mort. El violinista continua tocant amb un genoll a terra. Acaba el ball que dura i dura tant com els joves volen dansar. Pel matí els joves dansaires que no havien dit res i que els pares buscaven per tot arreu, tenen la pell cremada i romandran així fins a la mort. ---------------- ---------------- Quan Gargantuam tornèt de l’armada Dichot en entrant qu’èra mòrt de hami Hà ! B’èri jo malauda Hòu ! Malauda èri jo ! S’i minjat lo pan de dotze hornadas s’a bevut lo vin de catorz’annada [Quan Gargantua revint de l’armée il dit en entrant qu’il était mort de faim Hà ! Que j’étais malade Hou ! Malade j’étais ! Il a mangé le pain de douze fournées il a bu le vin de quatorze années]
 --------- Qu'i aué 'n còp ua tropa de gojats e de gojatas que volèn dançar, mès n'auén pas nat sonaire. E que n'anoran trobar un. - Oh, que dit l'òmi, en pagans. - E quant demanderatz ? - Cincanta liuras dempus ua òra après mijorn dincà nau òras de neit. - Oh ! qu'es car. Mès que ve les prometem entà dimenche. Lo dimenche, lo viuloaire se rendot en ua auberja on èra dit ; e a ua òra que se metoran a dançar. En 'quet borc qu'i aué un òmi hòrt malau. Lo curèr, après vrespes, l'anot portar lo bon Diu, e, com passèua dauan la sala d’on dansèuan, quauqu'un que dichot : «Té ! lo bon Diu que passa » Lo viuloaire que volè arrestà's, mès los dançaires que dichoran que non : - Qu'ètz pagat per sonar, sonar que cau! lo bon Diu que hèssi son camin ! Lavetz lo musicaire que metot un joelh en tèrra e que contunèt a sonar atau. E aquit' dançaires que dansèuan, e dançar, e dançar, e dançar... La neit qu'arribèt, dansèuan totjamei. Los pairs e las mairs de las gojatas estonats que damorèssin dehòra a tau òra, que parten ent'au borg las cercar. E aquí que las trobèran que dansèuan totjamei chét poder har autament. E podoran pas se las reconéisher, pr'amon tots, qu'éran vinuts negues com la pura suja. Es pas que lo matin que los dançaires podoren arrestà's de virar, de sautar. Mès tots los qui n'auèn pas saludat que damorèran la pèth cremada dincà la mòrt. [Les danseurs Il était une fois une troupe de jeunes gens et de jeunes filles qui voulaient danser, mais qui n’avaient pas de sonneur. Et ils allèrent en trouver un. - Oh, dit l’homme, en payant. - Et combien demanderez vous ? - Cinquante livres d’une heure après midi jusqu’à neuf heures le soir. - Oh ! C’est cher. Mais nous vous les promettons pour dimanche. Le dimanche, le violoniste se rendit dans une auberge qui lui avait été indiquée ; et à une heure ils se mirent à danser. Dans ce village il y avait un homme très malade. Le curé, après les vêpres, l’alla porter le bon Dieu, et, comme il passait devant la salle où on dansait, quelqu’un dit : «Tiens ! le bon Dieu passe » Le violoniste voulait s’arrêter, mais les danseurs dirent que non : - Vous êtes payé pour sonner, il faut jouer! Que le bon Dieu passe son chemin ! Alors le musicien mit un genou à terre e il continua à jouer ainsi. Et les danseurs dansaient, et danser, et danser, et danser... Arriva la nuit, ils dansaient toujours. Les pères et les mères des jeunes filles étonnés qu’ils restassent dehors à cette heure, s’en vont au bourg les chercher. Et là ils les trouvèrent qui dansaient toujours sans pouvoir faire autrement. Et ils ne purent les reconnaître, parce que tous, étaient devenus noirs comme la pure suie. Ce n’est qu’au matin que les danseurs purent s’arrêter de tourner, de sauter, de danser. Mais ceux qui n’avaient pas salué restèrent la peau cramée jusqu’à leur mort].

about

Joan Francés Tisnèr que perpausa un disc e un filme deu son espectacle Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin. Qu'ei un sol e unic objècte. En crompar lo CD que crompatz lo filme.

CD and Movie from Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin de Joan Francés Tisnèr. It's in one and unic digipack, on buying the CD you buy the picture as well.

CD et film de Tralhaires, sur les pas de Félix Arnaudin de Joan Francés Tisnèr. C'est un seul et unique objet en achetant le CD vous achetez le film.

credits

released January 15, 2018

Félix Arnaudin, Jakes Aymonino, François Dumeaux, Domenja Lekuona, Joan Francés Tisnèr

license

all rights reserved

tags

about

Joan Francés Tisnèr Salies De Béarn, France

singer-musician and songwriter
...with occitans singing of tradition and composition, vocal improvisations with the tambourine, feet, accordion diatonique and of music electroacoustic scooping out from the ambient country and urban sound landscape
joanfrancestisner.com
DATAS : bit.ly/2NNRAMo
www.facebook.com/lonau.joanfrancestisner
0688738393
© Betote, Pouliquen, Souche
... more

contact / help

Contact Joan Francés Tisnèr

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Redeem code

Report this album or account

Joan Francés Tisnèr recommends:

If you like Joan Francés Tisnèr, you may also like: